2020 - anémophiles

anémophiles, 28.VI.2020, contact, deux bandes parallèles de pollen de saule en pelotes (2 x 3 x 30 cm), peau (modèle : g. f.)

anémophiles, 28.VI.2020, contact, deux bandes parallèles de pollen de saule en pelotes (2 x 3 x 30 cm), peau (modèle : g. f.)

anémophiles, 28.VI.2020, contact, deux bandes parallèles de pollen de saule en pelotes (2 x 3 x 30 cm), rivière

anémophiles, 28.VI.2020, contact, deux bandes parallèles de pollen de saule en pelotes (2 x 3 x 30 cm), peau (modèle : g. f.)

1/8

pollinisés – éthique, I, proposition XV, 04.VII.2020, os de seiche et poussières sur plaque de verre, 66 x 38,5 cm

pollinisés – éthique, I, proposition XV, 04.VII.2020, os de seiche et poussières sur plaque de verre, 66 x 38,5 cm

pollinisés – éthique, I, proposition XV, 04.VII.2020, pollen de saule en pelotes sur peau (modèle : g. f.)

pollinisés – éthique, I, proposition XV, 04.VII.2020, os de seiche et poussières sur plaque de verre, 66 x 38,5 cm

1/12

« Mon lit est un torrent aux plages desséchées. Nulle fougère n’y cherche sa patrie. Où t’es-tu glissé tendre amour ?

 

Je suis parti pour longtemps. Je revins pour partir.

 

Plus loin, l’une des trois pierres du berceau de la source tarie disait ce seul mot gravé pour le passant : ‘Amie’.

 

J’inventai un sommeil et je bus sa verdeur sous l’empire de l’été. »

 

 

René Char, La Nuit talismanique qui brillait dans son cercle (1972), II (« Chacun appelle »), « Éprouvante simplicité », dans Œuvres complètes, Jean Roudaut (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1983, p. 503.

 

 

Je veux remercier Laia Miralles (@laia_miralles) d’avoir attiré mon attention sur ce poème de René Char.