2019 - l’origine de l’origine du monde

l’origine de l’origine du monde, 17-18.V.2019,

installation, trois dessins en suspension à environ 100 cm du sol, surface de l’ensemble : environ 300 x 300 cm,

chaque dessin : huile de pépins de raisin, pigment de terre verte, pigment de vert de chrome foncé,

pigment de bleu outremer foncé, pigment de bleu outremer clair,

pigment de jaune primaire, pigment de jaune de cadmium foncé

et poudre de graphite sur papier 160 g, 65 x 50 cm,

treize vues d’atelier 

 

Intime soulevé d’extime, extime traversé d’intime.

 

François Jullien, De l’intime. Loin du bruyant Amour (2013), Paris, Librairie Générale Française, 2014, p. 203 : « Aussi que le titre en soit L’Origine du monde ne tient pas, de façon tant soit peu symbolique, à ce que soit présentée là la partie génitrice, mais dit bien autre chose : non seulement que la partie intime est la seule qui puisse se montrer, mais surtout que, quand elle s’expose, passe dans l’extime, c’est le monde entier qui, d’un même mouvement, émerge au regard, sort de son indifférence et se met à ex-ister ».

 

Doucement, amener à présent l’origine du monde à son origine.

 

Cœurs – Veines – Artères : Chlorophylles.

 

Triangles.

 

© Dominique Weber. Tous droits réservés - 2017. Site conçu et réalisé par Jeanne Weber

  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon