2018 - être sol, être sein

être sol, être sein – platon, parménide, 130 a-e,

samedi 3 février 2018 à agny (pas-de-calais),

empreinte de sol sur papier, 50 x 65 cm,

trois poèmes visuels et sonores réalisés par anne-gaëlle weber

(51 secondes, 23 secondes et 17 secondes)

Mon ami Élie During écrit ceci, qui entre en résonance avec mon travail : « Un métaphysicien qui ne se laisse pas impressionner par les grandes manœuvres de la pensée critique pourra faire remarquer que le Tout n’est pas nécessairement synonyme de totalité comme catégorie abstraite. Si nous disons ‘le Tout’, c’est bien qu’il n’y en a qu’un ; peut-être même est-ce un particulier : ce Tout-ci, le monde où l’on est. Le logicien se récriera : ‘Vous êtes en train de confondre universel et univers !’. L’historien des idées renchérira : ‘Totum, totalitas, universum, ce n’est pas la même chose’. Certes, mais l’équivoque est peut-être le prix à payer pour penser à nouveaux frais une unité de coexistence qui paraît de toute manière inséparable des prétentions locales à l’universel : nous n’aurions jamais l’idée de parler pour tous ou pour chacun, si nous ne pouvions nous appuyer sur le pressentiment d’une telle unité – une unité qui soit une connexion réelle et non une relation universelle, de nature purement logique, s’appliquant uniformément à tout ce qui est. Cette connexion universelle ne préjuge en rien de la nature des liaisons, elle est a priori compatible avec une multiplicité de modes de totalisation. L’essentiel est de tâcher de la penser en mode réaliste » – « Universel », Esprit, n° 445, juin 2018, p. 115-116.

© Dominique Weber. Tous droits réservés - 2017. Site conçu et réalisé par Jeanne Weber

  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon