2017 - dénuement

dénuement, 2017, déchet ramassé dans la rue et fixé sur une feuille de papier 300 g, 50 x 65 cm

dénuement, 2017, déchet ramassé dans la rue et fixé sur une feuille de papier 300 g, 50 x 65 cm

dénuement, n° 2, 23.VI.2017, encre de Chine sur papier Arches, 37 x 43,5 cm

dénuement, 2017, déchet ramassé dans la rue et fixé sur une feuille de papier 300 g, 50 x 65 cm

1/6

Il est des dénuements qui sont des affaissements, des effondrements. Des anéantissements.

 

Mais il est également des dénuements qui sont des jaillissements, des décèlements. Des renouvellements.

 

Notons-le bien : il n’y a pas lieu de vouloir surmonter l’ambivalence du dénuement. Certains dénuements sont en effet, et de façon irréductible, d’âpres et dures incarcérations. Aucun éloge simple du dénuement ne saurait par conséquent être envisagé de manière décente.

 

La véritable question est dès lors plutôt la suivante : que fait exactement un dénuement lorsqu’il parvient à révéler et à libérer ? quelles opérations produit-il au juste, lui permettant de ménager des accès vers l’ouvert et le désencombré ?