2015 - nue

brèche, 2015, encre de Chine sur papier collé sur fiche Bristol quadrillée, 29,7 x 21 cm

brèche, 2015, encre de Chine sur papier collé sur fiche Bristol quadrillée, 29,7 x 21 cm

brèche, 2015, encre de Chine sur papier collé sur fiche Bristol quadrillée, 29,7 x 21 cm

brèche, 2015, encre de Chine sur papier collé sur fiche Bristol quadrillée, 29,7 x 21 cm

1/3

Comme si, nu, un corps exposait, à même l’espace de sa peau, une égalité commune avec tout ce qui est et tout ce qui vit. Comme si, nu, un corps retrouvait ses origines minérales, végétales, animales. On dira qu’une pierre, une plante ou un animal non humain ne peuvent pas être nus : seul un corps capable de se vêtir est capable de se dénuder. Il reste que la nudité découvre une appartenance originaire à l’espace commun à tout ce qui est et à tout ce qui vit : elle est à ce titre une émotion très profonde, peut-être la racine même de l’émotion. Comment être nu ? Mais, surtout, comment passer enfin du nu à la nudité ?